Place à la vente de l'OM maintenant ? .

23 juin 2016 - 13:36

Ce mercredi, l'OM jouait une grande partie de sa saison prochaine. Devant la Direction Nationale du Contrôle de Gestion, les dirigeants marseillais ont tenté de faire valider les comptes de la saison 2015-2016. Si l'opération était réussie, comme le laissent penser les premiers éléments qui ont filtré, l'OM pourrait démarrer ses grandes manoeuvres.

Grand oral réussi?

Face au gendarme financier du football professionnel français, l'OM a donc tenté de présenter un bilan financier crédible, sans gros déficit, pour éviter toute sanction. Reste à savoir à combien s'élevait la facture. Estimé entre 25 et 40 millions, le déficit de l'OM était colossal au début du mois de juin. Et cela pour plusieurs raisons : baisse des recettes de billetterie et résultats sportifs catastrophiques sont les principales. Des erreurs stratégiques sans doute également. Reste que les dirigeants auront tout tenté pour ramener la situation à l'équilibre. Vincent Labrune, par exemple, n'a cessé de chercher à se séparer de ses éléments bankables. À cette heure, Benjamin Mendy a été vendu à Monaco, Mario Lemina à la Juventus, Lucas Ocampos va être prêté au Genoa et Abdelaziz Barrada va signer à Al-Nasr pour 2 millions d'euros. Enfin, Michy Batshuayi et Georges-Kévin Nkoudou pourraient aussi quitter le club dans les prochaines semaines pour satisfaire la DNCG. Néanmoins, d'après La Provence, l'OM aurait réussi son audition. Vincent Labrune, la propriétaire Margarita Louis-Dreyfus, mais aussi son proche conseiller Igor Levin seraient ressortis rassurés hier après le grand oral. Et d'après RMC, l'OM aurait promis beaucoup de choses : des ventes dont celle de Michy Batshuayi, une réduction de la masse salariale, de la taille de l'effectif.

Le grand oral et ses risques...

Reste à connaître la décision finale de l'instance. Margarita Louis-Dreyfus aurait d'ailleurs promis de faire ce qu'elle refuserait désormais : éponger le déficit structurel au besoin. Si son objectif est bien de vendre l'OM, elle n'aurait aucun intérêt de voir son club sanctionné. De nombreux éléments restent encore flous dans ce dossier. Justement, que risquait l'OM ? Premier type de sanction, le plus grave : une rétrogradation dans la division inférieure. Ce type de sanction n'est que rarement utilisé, mais les clubs du Mans, de Strasbourg ou encore de Sedan ont connu ça ces dernières années. Le degré supérieur est l'exclusion de toutes les compétitions. Plus proche de la réalité actuelle les sanctions concernant le mercato sont plus fréquentes et représentent un vrai risque. Une interdiction partielle ou totale de recruter de nouveaux joueurs est une sanction existante. On citera aussi le recrutement contrôlé avec limitation du budget prévisionnel ou de la masse salariale prévisionnelle, les contrats de joueurs devant alors être homologués par la DNCG. Des sanctions qui s'avèreraient catastrophiques à court et long terme.

Place à la vente du club ?

En effet, on voit mal un investisseur racheter un club qui ne peut pas recruter librement. Les joueurs avec lesquels l'OM s'est déjà entendu (Bedimo, Sakai, Khaoui) auraient-ils le droit de signer en cas de sanction ? Un passage oral réussi par les dirigeants permettrait au dossier de la vente du club d'avancer sans la grande menace de la DNCG, qui pourrait également tenir compte du processus actuel de vente pour se montrer moins sévère. L'OM, qui ne communique plus du tout depuis plusieurs semaines, pourrait enfin révéler certains éléments concernant le mercato, la préparation, les matchs amicaux, l'entraîneur pour la reprise. Même si tout le monde, évidemment, n'attendra alors qu'une nouvelle : l'identité du nouveau repreneur ! Le dossier de la reprise, qui tarde à se concrétiser, n'aura plus cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. De quoi permettre aux potentiels acheteurs de sortir du bois et espérer avoir un OM ambitieux en 2016-2017 ? .

Commentaires