Ce que le transfert d'Henri Bedimo dit de cet OM .

10 juin 2016 - 07:35

Tout d'abord, il convient de rester prudent. Tant que ce n'est pas signé, un transfert peut à jamais rester au stade de projet. Dans la situation de l'OM, cela va même plus loin. Un coup de stylo du joueur ne suffit pas, la Ligue peut tout à fait décider de rendre caduc l'accord suite au passage du club devant la DNCG le 23 juin prochain, faute de garantie suffisante. Bedimo rejoindra ainsi une belle galerie souterraine au club, celle où l'on peut croiser le fameux Mario Jardel mais aussi Paulo Miranda. Mais oui, souvenez-vous, ce défenseur brésilien qui devait ouvrir le mercato à l'été 2013, une pépite de Sao Paulo facturée 4,5 millions d'euros. Au dernier moment, le transfert ne s'est pas fait, étrangement lorsque de nombreux avis sur son supposé niveau ont donné le vertige aux supporters marseillais... 

Valeur sûre de Ligue 1

Avec Bedimo, il ne devrait pas y avoir ce type de surprises. Et pour cause. L'international camerounais a neuf saisons en Ligue 1 derrière lui, étant passé dans l'Hexagone par Toulouse, Le Havre, Chateauroux, Lens, Montpellier et Lyon. Ce n'est pas un inconnu pour ceux qui suivent le club olympien. En 2011, alors que l'OM devait recruter à gauche pour compenser le départ de Taye Taïwo, son nom était même évoqué. C'était la deuxième solution souhaitée par les supporters phocéens dans les sondages, derrière le Bordelais Trémoulinas. Finalement, le staff olympien préfèrera se tourner vers Lorient et débourser 2,5 millions d'euros pour Jérémy Morel. La suite est connue : Bedimo s'engage avec Montpellier et devient l'une des révélations du championnat à son poste, comme son équipe qui rafle le titre de Ligue 1 contre toute attente. Il signe l'année suivante à Lyon, non sans donner des regrets à certains supporters phocéens qui l'auraient bien vu enchaîner une deuxième campagne de Ligue des champions, avec le maillot bleu et blanc cette fois-ci. Mais il avait beau être abordable, la direction olympienne lui préfère pour ce coup Benjamin Mendy, capitaine des U19 français dont le profil colle parfaitement au fameux "projet Dortmund". 

Benjamin Mendy déjà transféré

En principe, la saison 2016-2017 devrait être la bonne. Bedimo devrait selon toute vraisemblance s'engager pour trois saisons. Jusqu'à ses 35 ans donc. Ce qui aurait pu être vu comme un handicap il y a quelques années de cela ne l'est plus. Après tout, le joueur a pris toute sa dimension sur le tard, il peut durer. Surtout, entre un élément d'expérience, qui sait se gérer, être professionnel, et un jeune, en pleine force de l'âge, mais qui se gâche trop dans l'extra-sportif, il n'y a plus photo. La description épouse les traits de Benjamin Mendy, évidemment. L'arrivée de Bedimo signifie qu'il va partir, l'OM ne pouvant se payer le luxe d'une cohabitation alors que preque tous les autres postes de l'effectif sont déjà à combler. Et si le club marseillais a pris le risque de faire passer une visite médicale à sa recrue, c'est bien que l'accord de vente pour l'international espoir est déjà scellé. Il y a quelques jours, Labrune confiait d'ailleurs en off que Mendy allait partir. L'offre tant espérée a dû finir par tomber, ce qui a accéléré les choses pour Bedimo, qui s'était vu demandé de patienter dans un premier temps. 

Un peu d'argent et beaucoup d'intelligence...

En remplaçant Mendy par Bedimo, les dirigeants de l'OM font donc un joli coup. Une opération financière mais pas forcément une perte au niveau du sportif. Surtout que Bedimo a aussi un rôle à jouer dans le vestiaire, lui qui a connu Mandanda au Havre et qui était proche de Cabella lors de son passage dans l'Hérault. Présent dans l'équipe-type des joueurs en fin de contrat proposée par Le Phocéen il y a un mois, Bedimo et surtout son recrutement prouvent qu'il est possible de constituer une équipe compétitive sans des centaines de millions d'euros d'un repreneur hypothétique, mais avec un peu d'intelligence. Libre donc, le Camerounais aurait sûrement pu attendre quelques semaines que le marché s'ouvre pour se faire un contrat en Premier League. L'OM a su saisir la balle au bond et trouver une astuce financière, car le joueur ne signe pas sûrement pas au SMIC. Si le mercato sera très long et l'OM n'aura sûrement pas le droit à l'erreur vu la marge de manoeuvre et le nombre de postes à pourvoir, ce n'est pas désagréable de voir l'institution olympienne réussir de la sorte son entrée en matière dans le mercato. Desfois que ça donne envie à d'autres de relever ce sympathique challenge d'incarner le renouveau du club... .

Commentaires