Nkoulou, par la toute petite porte .

23 mai 2016 - 11:56

Le Camerounais, arrivé en 2011 sous l'ère Deschamps partage avec Vincent Labrune un bilan famélique. En cinq ans, le stoppeur débarqué de Monaco n'aura réussi à se qualifier qu'une fois pour la Ligue des Champions, compétition dans laquelle il n'a remporté aucun point lors de la phase de groupes.

Un phénomène

Pour sa première saison sous le maillot blanc, l'OM de Didier Deschamps remporte la Coupe de la Ligue et participe aux quarts de finale de la Ligue des Champions, mais traverse une saison horrible en Ligue 1, finissant dans le ventre mou. L'international Camerounais, quant à lui, fait partie des Olympiens les plus satisfaisants, remportant même le trophée de Phocéen d'Or de la saison. Il aurait eu, à ce moment là, l'Europe à ses pieds (comme lors de chaque mercato depuis si l'on en croit les rumeurs). Selon certains, il est alors le futur très grand défenseur de sa génération, l'un des dix meilleurs au monde à son poste, ce qui quand on regarde sa saison n'est pas forcément faux. Sauf que ses quatre saisons suivantes ne seront vraiment pas du même niveau, sauf peut-être celle avec Marcelo Bielsa, où il a semblé retrouver des couleurs, ou encore peut-être la saison 2012-2013, où l'OM d'Elie Baup n'encaissa pas beaucoup de buts. Sauf qu'avec lui, rien n'aura jamais été régulier, rectiligne. 

La saison de trop

L'été dernier encore, Nicolas Nkoulou attire quelques regards, dont celui de Jean-Michel Aulas. Le président lyonnais n'aurait pas été loin de poser 10 millions sur la table pour convaincre l'OM de céder celui à qui il ne restait qu'un an de contrat. L'ultime chance pour Vincent Labrune de tirer quelque chose de son stoppeur. Mais le président de l'OM refuse, persuadé que le club ne peut pas se permettre de lâcher un cadre comme lui. Sauf que de cadre, il n'y eut point. Nicolas Nkoulou a traversé la saison comme un fantôme. Alternant les matchs corrects, les bévues, quelques rares très bons matchs et des prestations très faibles. Alors qu'il aurait dû prendre le rôle de leader de la défense, il n'en fut rien. Jamais il ne poussa le moindre coup de gueule, jamais il ne tenta la moindre chevauchée hors de son camp balle au pied, il devint même le grand spécialiste de la passe en retrait pour Mandanda, un chef d'oeuvre tactique du duo Michel-Nkoulou, deux hommes dont l'ambition de jeu a été sensiblement la même cette saison.

Voir autre chose

Pour son dernier match sous le maillot olympien, il aurait sans doute aimé ne pas être à l'origine du tournant du match défavorable. C'est donc par la petite porte, et sans faire les grosses lignes, qu'il va quitter Marseille. Avec son départ l'OM va enfin pouvoir passer à autre chose. Sauf que l'avenir qui s'annonce n'est pas forcément des plus radieux. Aucun des autres défenseurs centraux sous contrat ne rassure vraiment (Rolando, Rekik, Sparagna, Aloé, Doria, Andonian, Tuiloma). Il faudra sans doute recruter au moins un très bon défenseur axial pour renforcer une défense qui n'a jamais convaincu cette saison. Il trouvera peut-être un club à la hauteur de ses ambitions, mais il devra faire mieux qu'à Marseille pour y jouer. Alors qu'il aurait pu devenir un cador, Nicolas Nkoulou se retrouve dans un virage important de sa carrière. Sa prochaine saison sera décisive pour la suite de sa vie de footballeur. Sa prochaine saison se fera loin d'ici ! .

Commentaires