La piste Altrad est-elle vraiment intéressante ? .

5 mai 2016 - 08:15

Dans le ballet des rumeurs, indiscrétions et fantasmes entourant la vente de l'Olympique de Marseille, un bruit est venu contrarier ce brouhaha d'approximations. Et pour cause, il ne s'agit pas d'une rumeur concernant un éventuel monarque du Golfe ou un improbable milliardaire chinois, mais bel et bien d'une déclaration par l'intéressé lui-même. Cet homme providentiel a un visage, un nom, une Légion d'honneur à la boutonnière et surtout une fortune conséquente. Il s'agit de l'entrepreneur Mohed Altrad, déjà propriétaire du MHR, le club de rugby de Montpellier, un des plus gros budgets du Top 14. Interrogé par BFM Business vendredi dernier, celui qui a reçu le prix mondial de l'entrepreneur 2015 (une première pour un Français) a déclaré : "Marseille et Montpellier ne sont pas très loin. Je suis ouvert. Je ne me fixe pas d'objectif, je ne me mets pas d'obstacle... C'est un beau club, un club magnifique avec un public magnifique. Même lorsque Marseille n'est pas en très grande forme, vous avez un public extraordinaire qui est acquis à la cause du football. Donc pourquoi pas ?".

17 000 salariés, 1.8Md de CA

Effectivement, pourquoi pas ? Même si l´on peut rêver secrètement d'un géant de type QSI capable de monter une équipe de galactiques, il faut bien constater que, pour le moment, hormis le loufoque Kachkar il y a dix ans, personne ne s'est bousculé au portillon de la Commanderie pour débarrasser enfin la famille Louis-Dreyfus de son fardeau. Et si l'on y regarde de plus près, Mohed Altrad est tout sauf un plaisantin. Son groupe, spécialisé dans la construction et les échafaudages, emploie 17 000 salariés et dégage 1,8 milliard de chiffre d'affaires. Avec une fortune estimée à 1,2 milliard d'euros, il fait partie des plus grandes fortunes du pays (54e) et figure au classement Forbes des milliardaires. Un minimum, sachant qu'il y aura presque tout un effectif à reconstruire d'ici quelques semaines. Ce qui peut s'avérer rassurant, c'est son action à la tête du MHR, où il a investi plus de deux millions d'euros en 2011, puis n'a cessé de faire grandir le club pour en faire l'un des trois plus gros effectifs du championnat, avec à sa tête le champion du monde sud-africain Jack White. Le tout sur la pelouse de l'Altrad Stadium, l'un des stades les plus modernes du Top 14.

Du Top 14 à la L1 ?

Evidemment, l'économie du rugby n'est pas celle du football en terme de chiffres, mais son modèle s'en rapproche chaque année avec l'afflux des meilleurs joueurs du monde vers le championnat français, à des tarifs de plus en plus importants. Même chose en ce qui concerne les droits tv, l'exposition et le merchandising. Si Mourad Boudjellal nous confiait récemment n'être que le patron d'une épicerie par rapport aux hypermarchés du football, il n'est pas impossible qu'un gestionnaire efficace dans le Top 14 puisse basculer vers la Ligue 1. D'autant plus que Mohed Altrad a prouvé dans ses affaires comme avec le MHR qu'il savait s'entourer et, si besoin, trancher sans tergiverser (son ancien entraîneur Fabien Galthié peut en témoigner), ce qui pourrait s'avérer utile à l'OM.

Après être arrivé de Syrie avec 200 euros en poche, avoir décroché un doctorat en informatique et fondé un empire industriel leader sur le marché mondial, ce candidat autodéclaré inspire au moins la curiosité. Reste à savoir si sa déclaration d'amour restera lettre morte ou sera suivie d'une étude sérieuse, comme il semble l'insinuer. En tout cas, nous, on reste à l'affût...

Commentaires