Rachat OM : un investisseur américain intéressé ? .

14 mars 2016 - 20:14

Depuis plusieurs mois maintenant, le dossier d'un éventuel rachat de l'OM fait partie intégrante des conversations des supporters et suiveurs du club, pour ne pas dire des souhaits. Un dossier flou, à l'image de la communication du club, qui dément sans vraiment démentir, reconnaissant ouvrir la porte à d'éventuels investisseurs souhaitant entrer dans le capital, sans être toutefois vendeur de manière officielle.

Si de nombreuses rumeurs plus ou moins cocasses circulent sur le net, la dernière en date évoquant un magnat du net chinois, certains acteurs se penchent sur le dossier. Récemment, l'avocat Didier Poulmaire, ancien représentant de Yoann Gourcuff et Laure Manaudou, disait connaitre "une personnalité du sport américain qui pourrait être intéressée". Las, Poulmaire n'a pas eu de retour de la part de l'OM.

Ce lundi, c'est d'un autre avocat et d'un autre investisseur américain qu'il s'agit. Me. Thierry Granturco, avocat aux barreaux de Paris et Bruxelles, et spécialisé dans le droit du sport, également chroniqueur pour le Huffington Post, révèle au Phocéen qu'il est mandaté par un fonds d'investissement américain afin d'étudier la faisabilité d'un rachat d'un club européen, dont l'OM. Interview.

- Quels sont les clubs qui intéressent votre client, et l'OM en fait-il partie ?

"Notre client veut investir dans le football en Europe, comme il le fait aux États-Unis dans d'autres sports et très récemment dans le soccer en MLS. Aujourd'hui, il nous a mandatés afin de déterminer avec lui les cibles potentielles en Europe et nous a donné un cahier des charges. Son souhait initial est de s'implanter en Liga ou en Premier League, mais de notre côté, on voit que c'est en train de bouger à Marseille".

- L'actionnaire a publié un communiqué ouvrant la porte à d'éventuels investisseurs, mais pas nécessairement à une vente...

"Bien sûr, Margarita Louis-Dreyfus a récemment expliqué qu'elle ne cherchait pas à vendre le club, mais nous cherchons à savoir dans quelle mesure elle est prête à discuter face à des interlocuteurs crédibles. Nous avons donc essayé d'entrer en contact avec son avocat, dans le respect des règles qui nous interdisent de discuter avec le client d'un autre avocat en direct. Nos premières tentatives de contact officiel avec Igor Levin (avocat de MLD) remontent à un mois, jusqu'à ce lundi matin, où nous avons encore formulé une demande officielle, et il ne nous a toujours pas répondu. Avant de passer à autre chose, nous tentons donc de faire passer le message en communiquant, sachant que cela finira par remonter au plus haut niveau. C'est la raison pour laquelle je vous réponds".

- Cette absence de réponse confirme peut-être le contenu du communiqué de MLD ?

"Effectivement, on est obligé de conclure qu'en se comportant ainsi, le club n'est pas à vendre. On se pose peut-être trop de questions, alors que rien ne va bouger. Mais avant de faire machine arrière, on peut essayer de provoquer le destin".

- Vous êtes-vous demandé si Igor Levin était le bon interlocuteur ?

"Bien sûr. Nous lui avons demandé de décliner sa compétence, comme cela se fait, afin de savoir s'il était en charge du dossier. Mais nous n'avons pas eu de réponses".

- Vous dites que le fonds d'investissement que vous représentez est intéressé par la Premier League et la Liga. Pourquoi le serait-il par la Ligue 1, qui est beaucoup moins attractive ?

"Les grosses retombées économiques immédiates sont aujourd'hui en Angleterre, il ne faut pas se leurrer, mais beaucoup moins en Espagne. En regardant le cahier des charges, on se dit que l'OM entre parfaitement dans le cadre de ce que notre client recherche avec l'Espagne. C'est la raison pour laquelle nous l'avons convaincu de se pencher sur Marseille, même s'il ne tardera pas à se demander pourquoi il n'obtient pas de réponse de la part du club. Nous allons donc insister encore quelques jours avant de passer à autre chose".

- Quel est le profil de ce client américain que vous représentez ?

"C'est un très gros fonds d'investissement qui n'est pas spécialisé dans le sport, mais dont une part est consacrée aux activités sportives. Rien à voir avec les fonds dont on parle dans le football actuellement. Évidemment, ce ne sont pas des philanthropes, ils investissent pour que leurs affaires marchent, à l'image des clubs dans lesquels ils sont présents aux États-Unis et qui génèrent des profits. Ce ne sont pas des aventuriers".

- On ne peut pas dire que la Ligue 1 et l'OM représentent une garantie de gagner de l'argent. Il y a un prix d'achat pour le club et surtout de grosses sommes à injecter pour le remettre à niveau...

"Bien sûr, pour refaire de l'OM un club de premier plan, les investissements sont très conséquents. On parle de plusieurs centaines de millions d'euros après achat. Le prix du club est difficilement chiffrable, d'autant que si l'on devait se baser sur les bilans des clubs, on serait proche de zéro. La valeur des clubs n'est pas rationnelle, surtout quand ils ne sont pas propriétaires de leur stade. Mais les investisseurs sont conscients qu'il y a de gros investissements à faire sur plusieurs années, que ce soit en France ou en Espagne, où ils n'auront pas accès à un club majeur. Mais Marseille est différent, car c'est déjà un club phare auquel il faut redonner du lustre".

- Un club à la réputation parfois sulfureuse. Cela ne pose pas de problèmes ?

"Dans ce type de démarches, on fait des analyses que l'on appelle 'forces - faiblesses'. Pour le public, par exemple, nous le mettons dans les deux cases. C'est une force extraordinaire, incomparable, mais cela peut-être aussi une difficulté, inévitablement, avec toute la passion qu'il génère".

- Pour finir, le souhait de votre client est d'acheter le club et non d'entrer simplement dans le capital ?

"Oui, absolument. Il n'est pas intéressé par une ouverture de capital. Il s'agit d'acheter un club dans son intégralité, c'est d'ailleurs peut-être ce qui pose problème" .

Commentaires