Rachat : un audit pour préparer le terrain .

20 février 2016 - 08:38

Si le règne de MLD à l'OM ne laissera pas un grand souvenir aux supporters, si ce n'est une bonne dose d'amertume, on ne peut pas lui reprocher de ne pas faire les choses dans l'ordre. Après avoir vendu ou laissé partir les plus beaux bijoux de famille du club et entamé la reprise de la commercialisation des abonnements en virage, la propriétaire est donc en train de mettre en place un audit sur les comptes de l'OM, comme l'expliquait L'Equipe vendredi. Suite au départ de l'ancien directeur général Philippe Pérez, il s'agit maintenant d'évaluer avec précision l'état des finances du club. Des finances pour le moins précaires, comme le dévoile le quotidien.

Une information assez étonnante, compte tenu de la purge entreprise l'été dernier avec, notamment, les ventes de Dimitri Payet, Florian Thauvin et Giannelli Imbula, pour un total supérieur à 50 millions d'euros. On peut ajouter à cela les économies substantielles sur la masse salariale réalisées avec les départs (gratuits) d'André-Pierre Gignac, André Ayew, Rod Fanni ou encore Jérémy Morel, sans compter celui de Marcelo Bielsa qui bénéficiait d'un salaire supérieur à 300 000 euros et qui n'a évidemment rien demandé lorsqu'il a claqué la porte en août dernier. Enfin, il n'a échappé à personne que le dernier mercato hivernal n'a pas fait exploser les comptes, avec les seules arrivées en prêt de Steven Fletcher et de Florian Thauvin, ce dernier ayant même consenti une baisse conséquente de salaire. Il nous est pourtant expliqué que l'OM pourrait quand même terminer cette saison largement dans le rouge, notamment à cause d'une baisse de la fréquentation du stade. On évoque également la non-qualification en Champions League, budgétisée la saison dernière sous Bielsa. Soit...

Même si MLD, par le biais d'un communiqué publié il y a une semaine, démentait souhaiter vendre le club tout en "restant attentive à toute initiative permettant d'assurer une stabilité pour le club et améliorer ainsi ses performances sportives et financières", le processus de désengagement est désormais évident. Cet audit indique clairement le souhait de "donner un éclairage chiffré sur les montants à engager pour un éventuel nouvel investisseur", comme l'écrit L'Equipe. Reste à trouver le nom de l'oiseau rare susceptible de faire un gros chèque pour racheter le club, ou, à minima, reprendre une part conséquente du capital. Doyen Sports, comme le révélait Le Phocéen il y a deux semaines ? Les indices, plus ou moins sérieu, fleurissent actuellement sur les réseaux sociaux, avec notamment ce buzz créé la semaine dernière par la presse italienne autour du banquier italien Pablo Dana. Ce financier basé à Dubaï, déjà au centre du rapprochement raté entre le Milan AC et l'homme d'affaires Thaïlandais Bee Taechaubol, n'a d'ailleurs pas hésité à entretenir la rumeur sur son compte Twitter, avant de se débiner par le biais d'un communiqué mardi dernier. Serait-il lui-même le prête-nom du fonds d'investissement ? Fera-t-il le lien avec des investisseurs du Moyen-Orient ? Nous prend-il simplement pour des buses ? Autant de questions auxquelles il est actuellement impossible de répondre.

En attendant le dénouement, ce feuilleton sera, de toute façon, le principal centre d'intérêt des supporters jusqu'à la fin de la saison. Il y en a au moins un, c'est toujours ça... .

Commentaires