En 2016, L'om devra se recentrer

31 décembre 2015 - 11:24

Saison | 31/12/2015 - 10:51 | En 2016, l'OM devra se recentrer

 

Avec 21 buts encaissés en 19 journées de Ligue 1, on ne peut pas dire que la défense de l'OM soit le boulet de l'équipe, puisqu'elle figure à la cinquième place du classement, à égalité avec le Stade Rennais. Pourtant, les errements de l'axe central et les buts "casquette" encaissés ont été au centre des discussions tout au long de cette première partie de saison. En cause, principalement, cette charnière centrale qui n'a jamais rassuré, quelle que soit sa composition. Depuis son arrivée à la tête de l'équipe, lors de la troisième journée, Michel n'a cessé de tergiverser au moment de choisir celui qui officierait aux côtés de Nicolas Nkoulou, titulaire indiscutable, bien que régulièrement discuté.

Au départ, le binôme du Camerounais devait être Karim Rekik, sans contestation possible (vidéo). Un statut qu'il devait plus à son profil qu'à ses performances passées qui, soyons francs, nous étaient parfaitement inconnues. Jeune (21 ans), international néerlandais, champion des Pays-Bas avec le PSV, recruté à 17 ans par Manchester City et désiré par Marcelo Bielsa. Suffisant pour débarquer avec un statut de cador en devenir et déjà opérationnel. La suite nous a démontré le contraire. Rekik a surtout enchaîné les bévues, notamment en décembre avec deux grosses boulettes en une semaine, face à Monaco (3-3) et Montpellier (2-2). Aux yeux de Michel, il est loin d'être un titulaire.

C'est justement la raison pour laquelle l'Espagnol, dès son arrivée, a demandé un défenseur central supplémentaire et, si possible, expérimenté. Dans les dernières heures, Vincent Labrune et Nelio Lucas (Doyen) lui ont offert Rolando pour 1.5M€. Sur le papier, rien à dire. Le Portugais affiche de nombreuses sélections en équipe nationale et un palmarès long comme le bras avec Porto (4 titres et une Ligue Europa). Seulement, ça, c'était avant. Avant que le colosse du Cap-Vert enchaîne les prêts foireux en Italie puis en Belgique. Mauvais, pour ne pas dire catastrophique face au PSG, il s'est attiré les moqueries des supporters et de la toile par son style tout en lourdeur et en raideur. Mais soyons justes : relancé par Michel lors des derniers matches, il a montré de bien meilleures choses, repassant devant Rekik dans la hiérarchie.

Stéphane Sparagna a eu, lui aussi, sa chance. Et avec toute la bienveillance que lui portent les supporters, on ne peut que constater qu'il n'a pas su la saisir. Aligné dans l'axe ou en numéro 6, celui qui avait été la surprise de Bielsa la saison dernière peine à franchir ce palier qui en fera un joueur de Ligue 1. Bien sûr, il peut dépanner de manière très honorable, mais il gagnerait à aller se faire les dents ailleurs, à un niveau plus accessible. N'oublions pas qu'il n'a que 20 ans.

Terminons par Nicolas Nkoulou, même s'il est le seul à ne jamais s'inquiéter pour sa place de titulaire. C'est d'ailleurs peut-être le plus inquiétant, tant ses performances ont souvent laissé à désirer, pour être poli. Contrairement à ses partenaires, le Camerounais a un tel potentiel qu'on ne devrait rien lui laisser passer. Et pourtant, conscient qu'il n'a pas mieux en magasin, Michel le ferait jouer, même avec une jambe en moins. En fin de contrat, il déroule tranquillement, sans trop tirer sur son genou, en attendant la fin et surtout le pactole qu'il touchera à la signature de son nouveau contrat. Il aurait pu entrer dans la légende des grands centraux de l'OM, mais il faut bien plus que des qualités techniques pour y prétendre. Basile Boli, qui le conseille beaucoup, peut en témoigner.

Demain, le mercato hivernal débute. El Kaoutari, Djilobodji, Ecuele Manga, Mexes et Wimmer ont été cités. D'autres suivront. La chasse est ouverte...

 

#Mercato

Commentaires