Et si c'était le bon moment pour Mandanda ?

29 décembre 2015 - 16:37

29/12/2015 - 14:00 | Mercato | Et si c'était le bon moment pour Mandanda ?

 

Lorsqu'il a laissé planer le doute sur son avenir juste après la rencontre à Bordeaux en direct sur Canal+, Steve Mandanda n'a pas réussi à alarmer tous les supporters marseillais. Depuis l'été 2011, où il était sur la short-list d'Alex Ferguson pour prendre la suite de Van der Sar à Manchester et où De Gea lui a été préféré au final, la question d'un départ du capitaine de l'OM est toujours dans l'air. A l'image d'un Mathieu Valbuena, sa longévité au club commence même à se retourner contre lui. Pour certains employés de la Commanderie, elle n'est ainsi pas dûe à sa fidélité et son amour du maillot marseillais mais plutôt à son incapacité à trouver un club capable de le remunérer aussi grassement. Si ces dernières années, le gardien a changé à plusieurs reprises de conseillers, ce n'est peut-être pas pour négocier de simples primes de clean sheet. Mais cette fois-ci, c'est peut-être la bonne. Il y a quelques jours, il a été proposé par ses agents à Liverpool. L'idée aurait attiré l'attention des dirigeants des Reds qui discutent  transfert avec leurs homologues marseillais, comme nous vous le révélions ce lundi. Vu qu'Aston Villa est déjà sur les rangs, Mandanda va peut-être enfin connaître la Premier League, après des contacts l'été dernier avec Crystal Palace et Manchester City. Plus non négligeable, les deux clubs sont intéressés cette fois-ci au même moment. Ce qui va permettre à l'OM de faire grimper les enchères et obtenir un pécule pour le départ de son gros salaire (sans toutefois en espérer trop car il n'a plus que six mois de contrat) et au joueur trentenaire de négocier au mieux son nouveau contrat. 

Un Super Mandanda, mais pour quoi ?

Mais pour certains, il y a bien une partie qui n'est pas satisfaite dans cet éventuel deal, même en cas d'indemnité de 4 millions d'euros comme l'avance le Guardian : c'est le volet sportif. Déjà 10e pour la phase aller, l'OM, qui entend accrocher une place européenne en fin de saison, devrait faire sans son élément le plus satisfaisant de l'exerice derrière Diarra et Nkoudou ? Après tout pourquoi pas ? Si Mandanda a globalement retrouvé son meilleur niveau depuis la nomination de Stéphane Cassard en entraîneur des gardiens à l'été 2014, ce n'est pas lui qui fait gagner les matchs. Si l'OM est aussi loin dans le classement de la Ligue 1, c'est avant tout à cause d'un compartiment offensif qui ne tient pas toutes ses promesses devant, à trop jouer les coups individuellement. En outre, Mandanda doit se sentir impuissant car trahi par une défense coupable d'erreurs grossières (Rekik, Mendy) que même Manuel Neuer ne pourrait pas rattraper. Pour finir, quand par exemple à Guingamp, le capitaine sort un penalty dès la première minute, cela ne sert pas d'électrochoc à son équipe qui finit quand même par couler et s'incliner 2-0. Si Mandanda fait partie des meilleurs gardiens du championnat, il y a de fortes chances pour que l'OM ait le même nombre de points à mi-parcours avec Yohann Pelé dans les buts dès la première journée. 

Six mois pour tester son successeur ?

C'est aussi d'ailleurs en ce sens que le timing est paradoxalement bon pour un départ d'un Mandanda, au club depuis l'été 2007. Conscient que son départ pouvait intervenir cet été, les dirigeants olympiens ont fait le forcing pour attirer le gardien de Sochaux, auteur d'une très bonne saison en Ligue 2. Le portier de 33 ans devait s'engager à Bastia, pour être titulaire en Ligue 1. Mais il a finalement préféré rejoindre l'OM sans même la promesse de jouer les coupes nationales. Peut-être parce qu'il avait dans l'idée de succéder un jour au "Fenomeno". Après un premier match concluant à Boug-en-bresse, Pelé a donc peut-être un coup à jouer en deuxième partie de saison. A moins que l'OM ne décide de se tourner vers une autre solution à court terme comme Adan ou Ochoa. Dans ces cas, à la lumière des six premiers mois de l'année, le staff pourra prendre une décision et dégager une hiérarchie claire alors que Julien Fabri, prometteur gardien du centre de formation, reviendra en toute logique avec une année pleine en Ligue 2 dans les jambes. Il y aura, aussi, la possibilité de négocier au mieux avec Rennes la venue d'un Benoît Costil, bien conscient que le train ne passera peut-être pas deux fois. Si ça se trouve, aucune solution ne parviendra à combler le vide laissé par un Mandanda qui aura eu le tort de trop bien habituer les supporters. Mais tant qu'à être confronté au problème maintenant ou dans six mois, autant s'y mettre le plus tôt possible. 

#MandandaSteve #Edito

Commentaires